Maroc

Transports et logistique : Les gages de croissance en Afrique

Le 1er congrès africain des transports et de la logistique, organisé à Rabat du 25 au 27 novembre, vise la mise en place de plusieurs écosystèmes logistiques régionaux.

C’est hier à Rabat que le 1er Congrès africain des transports et de la logistique a démarré dans une affluence particulière de participants, experts, représentants gouvernementaux de plusieurs pays du continent. Sur trois jours, les discussions porteront sur les moyens à même de booster le réseautage logistique et des transports entre pays africains et entre le Maroc et ses partenaires en Afrique subsaharienne. D’entrée de jeu, le chef de gouvernement a parlé des problématiques et écueils qui se mettent au travers du secteur. Il est l’un des piliers des échanges et un facteur d’amélioration de l’attractivité de l’économie nationale et celle de l’Afrique. Abdelilah Benkirane a cité ce que le souverain avait dit à ce propos, à savoir que «l’Afrique doit croire en l’Afrique».

Un continent, enchaîne Benkirane, qui un jour deviendra majeur et vacciné pouvant réaliser des choses extraordinaires entre pays partenaires. S’adressant aux pays développés, il a souligné qu’ils «seront un jour convaincus que nous aussi on a grandi et que l’on réfléchit à l’avenir. C’est fini le temps où ils viennent récolter les richesses du continent devant les regards effarés de nos populations». Dans ce sens, le chef de gouvernement a expliqué que les transports sont les veines qui donnent la vie et sans lesquelles aucun développement ne peut avoir lieu. Dans quelques décennies, prévoit-il, l’Afrique peut se dresser aux côtés des grands continents et pays développés. Et de conclure que «le Maroc a l’âme africaine dans sa culture et sa spiritualité. Une relation d’amour que les économistes ne peuvent comprendre.

En Afrique nous sommes une famille et on gagnera sûrement à l’avenir». Pour sa part, Aziz Rabbah, ministre de l’Équipement, du transport et de la logistique, a mis en exergue l’importance de ce congrès en tant qu’espace de débat et d’échanges d’expériences. Son objectif : Créer un espace pour les pays africains pour présenter leurs projets mais aussi les défis et problèmes qui les taraudent. Secundo, mettre en exergue les possibilités de partenariats sur la base d’écosystèmes comme base d’échanges. L’Afrique, selon les experts, est un marché prometteur et une destination pour l’investissement qui connaît une compétition entre ses pays. Aujourd’hui, 114 nouveaux ports sont en construction en Afrique. Il y a aussi des projets communs liant plusieurs pays.

Ces investissements doivent être accompagnés par le développement des services et d’une stabilité politique, reprend le ministre, pour baisser les prix des services logistiques qui sont deux fois plus chers en Afrique qu’ailleurs. Justement, il s’agit là d’un facteur affaiblissant pour l’économie africaine. La solution est de créer des zones logistiques régionales. Le Maroc a fait ce choix avec actuellement 100 millions de tonnes qui transitent par ses ports dont cinq nouveaux sont en construction. Dans quelques mois aussi, annonce le ministre, un plan de 1.800 km d’autoroutes sera mis en branle dans l’objectif d’arriver à Dakhla, tandis que pour le transport ferroviaire, un plan de 3.000 km de voies ferrées est en projet dans un horizon de 30 ans. S’ajoute à cela, le plan logistique marocain qui table sur des zones d’un total de 3.000 hectares en 2030. Objectif, baisser le coût de la logistique au Maroc de 20 à 15% du PIB. Les besoins sont donc énormes pour une Afrique dont les besoins en infrastructures totalisent les 100 milliards de dollars, a expliqué, Miriem Bensaleh.

La présidente de la CGEM a souligné que 300 camions par jours partent du Maroc vers les pays de l’Afrique subsaharienne, grâce à l’infrastructure routière. Pour elle, cette participation massive et diversifiée au congrès de Rabat témoigne d’une prise de conscience collective. L’Afrique recèle un potentiel et enregistre plus de croissance qu’ailleurs ainsi qu’un record en IDE. Aujourd’hui, le Maroc est classé à la 47e place sur l’indice de performance logistique et figure sur le top 20 des pays les plus performants en matière de connectivité maritime.

Catégories :Maroc

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s